Résumé du chapitre 11

Des enfants pris en otage de la guerre froide

Dès la fin de la guerre, la reconstruction signifie également le rapatriement des enfants qui, pendant la guerre, ont été soumis à des déplacements et placements à l’étranger. Il s’agit, dans un monde divisé par la guerre froide, de résoudre cette nouvelle question de politique humanitaire. Chaque nation s’appuie sur les forces nécessaires et les enfants orphelins ou réfugiés à l’étranger représentent symboliquement l’avenir des pays. Ils deviennent source de légitimation idéologique. L’exemple des enfants polonais envoyés au Village Pestalozzi de Trogen, puis rapatriés par le gouvernement en décembre 1949 illustre bien la façon dont des enfants sont pris dans les tensions Est-Ouest. Il en va de même à l’inverse pour l’affaire des enfants grecs évacués – enlevés diront certains – durant la guerre civile par les combattants communistes vers les pays voisins de même obédience et dont le rapatriement est réclamé à cor et à cri par le gouvernement royal. Les tensions politiques s’expriment jusqu’au sein de la FICE, prenant le pas sur les raisons humanitaires et pédagogiques : sauvetage ou kidnapping, anticommunisme ou politique de la chaise vide ; les points de vue s’opposent, souvent, sans aucun accord possible.

Archives 11

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter l’exposé de Roman Hrabar, à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité page 368, cliquer ici

2) Pour consulter l’article du journal polonais, Ekspress Wieczorny, du 6 août 1947 sur le village d’enfants Pestalozzi de Trogen, Archives fédérales de Berne, Dossier Kinderdorf Pestalozzi, Trogen, Confidentiel, E 2200.151(-) 1976/88cité page 371, cliquer ici 

3) Pour consulter la lettre d’invitation du 31 mai 1949, du ministère polonais de l’Instruction publique au Village d’enfants Pestalozzi, archives du village Pestalozzi de Trogen, carton « Polen », citée page 374, cliquer ici

4) Pour consulter la lettre confidentielle de Golas à Arthur Bill du 18 février 1949, archives du village Pestalozzi de Trogen, carton « Polen », citée page 373, cliquer ici

5) Pour consulter la lettre du 22 septembre 1949, de l’association Village Pestalozzi à Féliks Korniszewski, délégué du ministère de l’Instruction publique de Pologne et la réponse de ce dernier, archives du village Pestalozzi de Trogen, carton « Polen », citées pages 376-377 et 380, cliquer ici

6) Pour consulter la lettre du 4 avril 1950, de Féliks Korniszewski, délégué du ministère de l’Instruction publique de Pologne à Walter Corti, archives du village Pestalozzi de Trogen, carton « Polen », citée pages 382-383, cliquer ici

7) Pour consulter la lettre du 16 avril 1953 de Jaccard à Zehnder, Archives fédérales de Berne, Dossier Kinderdorf Pestalozzi, Trogen, Confidentiel, E 2200.151(- )1976/88, citée page 391, cliquer ici

8) Pour consulter un exemple de télégramme de protestation de l’ambassade royale en France et du ministère des Affaires étrangères de Grèce envoyé le 25 juin 1948 auprès de l’Unesco, cote: 341.324.6, dossier « Child kidnapping Greece », cité page 394, cliquer ici

9) Pour consulter l’intervention du professeur Alex Photiades et la résolution qui en découle lors de la huitième session de son Conseil exécutif, qui se tient à Paris du 12 au 17 juillet 1948, archives de  l’Unesco, cote: 341.324.6, dossier « Child kidnapping Greece », citées page 395, cliquer ici

10) Pour consulter l’intervention du docteur Démètre Karanikas, professeur de criminologie à l’université de Thessalonique lors de la première assemblée générale de la FICE qui se déroule à Charleroi, dans la Cité de l’enfance de Marcinelle, du 10 au 13 octobre 1949, archives de l’Unesco, cote 370.185 IFCC/06″-49″, citée pages 397-398, cliquer ici

11) Pour consulter l’intervention de E. Makrisresponsable d’une des villes d’enfants (paidopoleis), établie sur l’île de Rhodes, lors de la première assemblée générale de la FICE qui se déroule à Charleroi, dans la Cité de l’enfance de Marcinelle, du 10 au 13 octobre 1949, archives de l’Unesco, cote 370.185 IFCC/06″-49″, citée pages 399-400, cliquer ici

12) Pour consulter le démenti envoyé par la FICE à la presse pour contrer les propos de l’article de John S. Connolley, du journal catholique anglophone canadien The Ensign, archives de l’Unesco, cote 370.185 IFCC/06″-49″, cité page 401cliquer ici

13) Pour consulter le discours de Bernard Drzewieski en ouverture du congrès de la FICE, qui se déroule à Lyon du 24 au 29 septembre 1950, archives de l’Unesco, cote: 370.185 A 01 IFCC/06 « 50 », cité page 403, cliquer ici

Résumé du chapitre 12

Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

En 1949, à Charleroi, l’enfance vagabonde est à l’ordre du jour de la seconde conférence de la FICE. La question des bandes errantes et de leur délinquance est analysée pour la première fois comme un moyen de survie et un levier pédagogique, mais tous ne partagent pas la même manière de concevoir leur prise en charge. Ceux qui se sont spécialisés dans la délinquance et l’inadaptation juvéniles mènent une véritable fronde contre les méthodes utilisées au sein des républiques d’enfants. Ils affichent leur scepticisme devant l’artifice que peut représenter le selfgovernment réduit à un jeu de rôle, le coût et le luxe des installations et le caractère factice de cet apprentissage de responsabilités (juges, maires, banquiers) qui détonnent avec celles que les jeunes seront appelés à occuper plus tard (ouvriers, artisans). Ils sont paradoxalement rejoints dans leurs critiques par des partisans de la première heure. Par ailleurs les enfants victimes de la guerre ont grandi, les communautés sont appelées à se vider. Vont-elles fermer ou se reconvertir en accueillant d’autres publics qui sont devenus le problème du moment, ceux qu’on appelle les « inadaptés » ? La définition initiale des communautés d’enfants risque dès lors de se réduire à portion congrue ne laissant place qu’à une formule traditionnelle d’accueil familial en villages mais dont toute forme de participation des enfants est laissée de côté.

Résumé du chapitre 8

« République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Les rapports présentés par les directeurs et les experts lors de la conférence des directeurs de communautés d’enfants victimes de la guerre au Village Pestalozzi de Trogen ainsi que les discussions qui en découlent montrent les différences de conception du placement et de l’accueil des enfants. Ils dévoilent également les limites d’un modèle communautaire (village ou République) et de sa portée (nationale ou internationale). De même, l’idéal d’un gouvernement collectif des enfants (le selfgovernment) alimenté par des concepts d’une nouvelle éducation est souvent amoindri dans les récits d’expérience par une vision traditionnelle du rôle des adultes, de la famille et de l’école. Ainsi ce qui devait être un tremplin pour la compréhension internationale se révèle au cours de la conférence une illusion pédagogique.